Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le BLOG  D'ORNELLAMAI

INTERMEDE

8 Janvier 2017, 17:11pm

Publié par ornellamai

INTERMEDE

« Intermède : Evènement qui interrompt le cours, le développement de quelque chose »

Finir la journée « aux urgences » - deux mots que l’on n’aime pas entendre ! Regarder les aiguilles de la pendule suivre leurs courses. Les visages qui m’entourent paraissent tous inquiets. Les iphons et tablettes évitent de penser.

 

Infirmiers, docteurs, urgentistes, c’est un va et vient qui se fait dans le calme – chacun son rôle. Enfin, je me retrouve dans la salle de soins. Je me laisse aller. L’important c’est d’avoir confiance. Les heures passent.... 1 h. du matin, ascenseur, traversée d’un long couloir dans la lumière, la porte s’ouvre sur une chambre plongée dans le noir, une personne dort dans le lit voisin. Par la fenêtre, les lumières de la ville arrivent jusqu’à moi. Me voici dans un autre monde.

Il est facile de dire lorsque nous nous rencontrons dans notre village : « M... est à l’hôpital, on ne sait ce qu’il a ... » - « G... est tombée dans son escalier, fracture du col du fémur... la pauvre ! » et souvent nous en restons là, avec les jours qui passent, ces faits sont remplacés par d’autres.

 

Et pourtant quelle vie, quelle activité au cœur de l’hôpital. Le personnel de nuit a toujours l’oreille tendue vers les sonnettes ... « un papi qui s’est levé ne sachant plus où il est, un autre voudrait un calmant pour ne plus avoir mal ».

Douze heures de travail au cœur du Centre Hospitalier alors que la ville dort. Douces, avec les mots qui réconfortent, avec parfois, quand c’est nécessaire, l’autorité pour recadrer tel ou tel malade, infirmières, aides-soignantes veillent sur chacun de nous.

Aux premières lueurs du matin, les équipes de jour arrivent, le rituel commence : prise de tension, température... on se rendort ... petit déjeuner. Les nouvelles de l’extérieur nous arrivent « Bonjour – il a gelé – il fait froid, comment ça va ce matin ? ». Douze heures de travail aussi pour ces équipes de jour. Un métier, un sacerdoce. Pratiquer la patience, offrir les mots qui font rire. Je les admire tous ces soignantes et agents d’entretien qui puisent au fond d’eux des trésors d’amour, de douceur, malgré la fatigue et le temps qui court trop vite.

 

Partager les heures enfiévrées, les nuits d’insomnie, l’amitié a tissé ses liens entre ma voisine et moi. Nous avons vécu au même rythme entre les confidences et les rires – un bel intermède – que je ne vais pas oublier.

Si chaque AVE qui se prie, au cœur de la souffrance, des veilles, envoyait vers le ciel un signal lumineux, jamais plus la nuit ne serait noire. Le monde veille avec chaque malade, la force de la « communion des saints » est plus forte que l’océan... apaiser, donner confiance, retrouver son cœur d’enfant, se préparer pour le grand voyage.

 

Alors le Roi dira : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger...... j’étais malade, et vous m’avez visité ... ». « ...chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » St Matthieu, 25.

Gardons présents en nous, ceux qui, dans notre paroisse, vivent des moments difficiles.

Quelques semaines d'hospitalisation ... et mon regard se pose sur un autre monde auquel on ne pense pas toujours quand tout va bien.
L'amitié rencontrée, le partage avec les soignants et les différents services hospitaliers .... m'ont-ils changée ? non, mais m'ont aidée à faire des choix dans mes activités. Il faut savoir un jour laisser la place aux plus jeunes (encore faut-il les trouver !) sans regrets, parce que personne n'est irremplaçable.

 

Dessin - depuis ma chambre d'hôpital

Commenter cet article