Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le BLOG  D'ORNELLAMAI

La Rotonde

20 Novembre 2010, 17:46pm

Publié par ornellamai

                        "La Rotonde " à Thaon-les-Vosges

http://i56.tinypic.com/f4ihdc.jpg

 

Bâtiment construit en 1913, à la demande du Directeur  des Blanchisserie et Teinturerie Thaonnaise, pour en faire le foyer social à l'époque (bains-douches, salle à manger, équipement sportif ) et, pensant aux loisirs des ouvriers, un théâtre de vastes dimensions, surmonté d'une coupole qui, vue d'en haut, représente une croix de Lorraine.

      C'était le patronat du début du XXème siècle. "Les patrons", comme les appelaient les ouvriers, étaient proches de leurs travailleurs. Les cités ouvrières, crêches, écoles, chapelle étaient construites pour le bien de tous.

      Des italiens ont sans doute, participé à ces constructions.

  "  La Rotonde " est devenue le "pôle culturel de la Lorraine du Sud". Elle compte 864 places dont 14 destinées aux handicapés.

      Un très bel ouvrage que l'on découvre avec plaisir.

http://i54.tinypic.com/2eztqx3.jpg   Le prochain spectacle "L'homme à la tête de chou" - en janvier -accueillera le Centre chorégraphique National de Grenoble.

   Les chansons de Serge Gainsbourg chantées sur bande par Alain Bashung et chorégraphiées par Jean-Claude Gallotta !

                                        Encore du bonheur....

Commenter cet article

DANIELLE 22/11/2010 22:07


Tiens! je ne connais pas ce village Tahon les vosges , pourtant dans ma famille il y as des Tahon.Il faudrait que je m'informe de leurs origines A bientôt


evelyne 21/11/2010 18:03


autre epoque ,autres moeurs ....
c'etait mieux a cette epoque là pour les ouvriers...
bises et bonne soiree ...


chris03 21/11/2010 17:05


Beau bâtiment du temps du paternalisme...


TELOS 21/11/2010 07:23


tu la présentes bien!


Florentin 20/11/2010 20:02


Des patrons qui n'ont pas été tous aussi bons que celui que tu cites ici. Il a fallu que les ouvriers, souvent maltraités, se battent pour être respectés et arriver aux accords de 1936. Mais, c'est
vrai les manifestations et grèves de la fin du XIXe ont tout de même infléchi l'attitude des patrons, qui ont ont été contraints de verser dans un minuimu de "paternalisme".


ornellamai 20/11/2010 20:32



Le patron que j'ai eu lorsque je travaillais à Plombières  était comme celui-ci - aimé, respecté -des anciennes familles qui ont marqué beaucoup de vies -